Aria Persei

Filtre ❣ Sur le chemin du Souvenir
 

L’approche régénérative, une alimentation végane crue frugivore et les conséquences de la propagande de désinformation dans l’industrie alimentaire

L’étude de l’hygiène naturelle offre de nombreuses réponses aux raisons de la dégénérescence du corps humain. L’état naturel de toute vie organique est la régénération. Organiquement, nous ne sommes pas censés dégénérer : pour ce faire, il faut que le corps soit sévèrement poussé et modifié dans une direction artificielle. Bien que cela soit très peu admis et reconnu, la nourriture est la plus grande dépendance humaine et certainement un outil de contrôle de l’esprit humain. Revenir à une alimentation physiologiquement appropriée pour l’homme est une façon de dire non à la dégénérescence et de commencer à reconstruire la santé humaine pour les générations futures. Notre corps veut se régénérer, mais il a besoin que certaines conditions soient réunies pour pouvoir le faire. Il lui est nécessaire aussi de ne pas être occupé à la digestion ou à la création de nouvelles obstructions. La plupart des aliments que nous pouvons acheter n’ont jamais été destinés à la consommation humaine à l’origine. C’est un business, et comme beaucoup de business, il fait beaucoup de mal.

Mucus et déchets lymphatiques

(Note : J’invite le lecteur à consulter la section santé et régénération des articles allant plus loin en expliquant l’importance du nettoyage des vieilles obstructions, l’impact des déchets sur nos systèmes corporels et le pouvoir de guérison de l’alimentation sans mucus).

Le rôle de la création de mucus est un mécanisme de défense contre les agents étrangers : il a une fonction protectrice. Il va fournir de l’humidité et réchauffer l’air inhalé et il va maintenir certaines zones du corps lubrifiées afin que la poussière n’arrive pas aux poumons ou n’entre pas dans les réseaux respiratoires. Pourtant, lorsque nous continuons à manger des aliments créant de l’obstruction (par exemple résultant des résidus de sucres complexes), le mucus s’accumule, se durcit et se compacte et commence à entraver le bon fonctionnement de l’organisme. Pouvons-nous nous arrêter un instant et réfléchir à ce que font certains aliments dans la marmite, à l’effet collant quand ils s’agglomèrent ensemble? Est-il surprenant qu’ils fassent exactement la même chose dans nos parois intestinales ? Le corps a différentes voies pour éliminer les déchets : les reins (sédiment visible des déchets lymphatiques dans l’urine), la peau (sueur expulsant les déchets lymphatiques), les intestins (déchets digestifs, lymphatiques et parasitaires). Il n’est pas normal ni rassurant d’avoir une urine claire : l’urine est censée sortir avec un sédiment, une sorte de nuage, montrant le bon fonctionnement des reins qui éliminent les déchets. Les voies d’élimination secondaires sont les poumons, le nez, les yeux et les oreilles (avec du cérumen qui peut être extrait avec des bougies d’oreille par exemple). Notre santé est directement liée à l’état de l’estomac et du tube digestif. La thyroïde joue un rôle primordial dans la régulation de la température du corps et la capacité à transpirer et à éliminer par la peau. Le ganglion lymphatique est la fosse septique, qui décompose les déchets acides, en s’assurant que le pH des déchets n’est pas inférieur à 3 afin que les reins puissent s’occuper de l’élimination.

Une alimentation à base de fruits et plantes tendres

Les fruits peuvent être consommés seuls, crus et ils ne nécessitent pas d’ajout de sel ou d’épices, ils hydratent et rassasient profondément. Les agrumes (oranges, mandarines, citrons, pamplemousses) sont étonnants pour briser le mucus et aident la lymphe a se nettoyer. Les fruits contiennent le meilleur rapport de tout ce dont l’homme a besoin. Si nous avons soif après un repas, c’est un indicateur que le repas était déshydratant. La physiologie humaine est destinée à digérer les fruits bien plus que les légumes, dont les structures sont bien plus complexes. De nombreux légumes peuvent donner des gaz, surtout les crucifères, qu’il vaut mieux ne pas consommer car ils contiennent du soufre (tout comme l’ail). Ce sont les bactéries (qui ont de la cellulase) qui mangent cette nourriture à notre place et qui libèrent leurs déchets gazeux. Manger des légumes est une chose que nous préconisent les nutritionnistes et les médecins mal formés. Certes, il y a des choses pires que l’on peut manger, mais les fruits sont les aliments les plus appropriés biologiquement pour l’homme et ils ne contiennent pas beaucoup de cellulose. Il suffit de les mâcher pour briser la paroi cellulaire et libérer leurs nutriments. Un jus de légumes sera une meilleure alternative à la consommation de légumes et fournira les composés reminéralisants à notre corps sans avoir à digérer les fibres. Quand on y pense, on utilise tous les jours des fibres végétales, des molécules résistantes avec des propriétés absorbantes que l’on trouve dans certains morceaux de matériel de nettoyage. Il est à noter que les fruits des grandes surfaces ont généralement été irradiés. Cela signifie qu’ils ne se décomposent pas bien ni rapidement et que de nombreux éléments sains ont disparu. Dans les magasins, nous trouvons principalement des faux jus faits à partir de concentré de fruits et rapidement, on sera rebuté par les mauvais choix que ces magasins (incluant les stations à essence) ont à proposer.

Dans le domaine de l’alimentation et de la nutrition, la majorité a tendance à se concentrer sur les ajouts et les manques, mais il s’agit parfois davantage de se concentrer sur ce que nous ne mangeons pas plutôt que ce que nous mangeons. De nombreux aliments que nous pensons être sains sont en fait très acides (café, cacao, viande), forment des mucosités (riz, céréales, produits laitiers), stimulent (thé vert, boissons sucrées, viande et épices) ou créent de l’obstruction (graisses, huiles crues et cuites, avocats). Dans la famille des noix, les noix du Brésil, le sésame et les graines de chanvre sont celles qui forment le moins de mucus, mais elles freinent la désintoxication et ont tendance à obstruer le système lymphatique. C’est pourquoi il est conseillé de n’en consommer qu’avec parcimonie et modération. Les condiments les moins gênants lors de la “transition” vers un régime plus végétal ou consommés occasionnellement sont l’huile d’olive vierge pressée à froid, le vinaigre de cidre de pomme, l’huile de noix de coco, les acides aminés de noix de coco et les légumes fermentés. Pourtant, les aliments fermentés (choucroute, kombucha, kimchi, vinaigre, tamari) sont acides pour l’organisme.

Accumulation de vieux déchets et l’arrêt des signaux d’alarme

Comme chacun d’entre nous doit éliminer des décennies de déchets lymphatiques et d’obstruction, il semble primordial de s’assurer de créer le moins possible de déchets supplémentaires tout en prenant soin de ceux qui sont déjà accumulés. Tant qu’un individu exprime des symptômes tels que l’expulsion de mucus, des maux de tête, une légère fièvre ou d’autres symptômes, cela signifie que des niveaux excessifs d’accumulation ont été atteints dans le passé. Le corps doit être aidé dans sa démarche naturelle vers l’élimination. De plus, il faut prendre en considération le fait que le corps va puiser les minéraux alcalins qui sont censés renforcer les os et les utilise pour se protéger des résidus acides laissés par les aliments tels que la viande. Si la plupart des corps peuvent tolérer un certain ratio d’aliments créateurs de mucosités, il est indéniable qu’il est préférable de faire de la place aux aliments qui produisent le moins de résidus possibles. Une grande quantité de fruits et de certains légumes tendres aidera à éloigner une personne des stades préoccupants d’acidité. Devant un produit alimentaire, on peut se poser des questions telles que : quelle quantité de nutriments contient ce produit ? Combien d’énergie cette bouchée va-t-elle me coûter pour la transformer ? Quelle quantité de déchets et de résidus va-t-elle laisser derrière elle ?

Au fur et à mesure que quelqu’un entreprend ce voyage, le corps s’adaptera aussi progressivement et se sentira de moins en moins bien au contact d’une nourriture obstructive. Les personnes qui ne réagissent pas négativement aux aliments transformés ont simplement perdu leur capacité à réagir correctement à l’attaque que subit le corps : les tissus se sont détériorés au point de ne plus pouvoir rejeter les niveaux excessifs de déchets générés et plient sous la pression d’aller plus loin dans la direction de la débilitation. Les personnes qui suivent un régime alimentaire plus naturel à tendance frugivore tolèrent généralement moins d’indulgence et paient ce qui semble être un prix plus élevé, mais qui est en fait un cadeau. En effet, le corps parle et s’exprime haut et fort au lieu d’accepter les poisons. Rappelons que le corps ne réagit pas fortement dans les cas d’alcoolisme, mais qu’il meurt à petit feu.

Le parcours de désintoxication

Il y a différentes phases au cours du voyage, qui s’étant sur des années, de nettoyage du corps, allant de la détoxification douce à la détoxification profonde avec des périodes de jeûne liquide et sec, des périodes d’entretien, de stabilisation et d’intégration et des périodes de reconstruction sur des tissus plus sains. Sauter à pied joint dans un changement radical n’est généralement pas conseillé ou réaliste. La ténacité, la constance et les efforts dans la durée sont une bonne combinaison pour s’adapter émotionnellement à tout ce qui va remonter à la surface. Cette régénération naturelle demande du temps, de l’engagement et de la patience. Le corps peut avoir besoin d’une phase d’adaptation (parfois des mois) avant de pouvoir réagir à nouveau et commencer à se désintoxiquer petit à petit.

Tant que l’on ne voit pas d’obstruction quitter physiquement le corps, dans les lavements, avec les bougies d’oreille, avec le mucus remontant des poumons ou descendant dans la gorge, alors c’est plus une phase de stabilisation qu’une désintoxication profonde. Ce voyage est une invitation à regarder plus à l’intérieur et moins à l’extérieur afin de découvrir les clés de la vie. Il s’agit aussi d’apprendre des protocoles et des théories pour pouvoir ensuite s’en libérer complètement et faire ses propres choix souverains avec une méthode qui fonctionne pour nous et surtout nous convient et nous rend heureux. La transition consiste à augmenter la consommation de fruits et légumes crus et à trouver des alternatives aux produits alimentaires les plus nocifs. Ces aliments ont une action de frottement doux sur les parois intestinales, ce qui permet d’emporter les débris avec eux au fur et à mesure de leur passage. Pendant la phase de transition, les épaississants ou les œufs peuvent être remplacés par des graines de chia ou du psyllium. Le beurre peut être remplacé par des graisses naturelles telles que les avocats, le tahini ou le beurre de coco ; le lait est remplacé par du lait fait maison à base de noix ou de graines. Toutes les céréales doivent être germées si elles sont consommées. Les germes et les algues sont pleins de nutriments, de minéraux et d’énergie vitale.

Le voyage émotionnel

Ce qui importe également, c’est de comprendre quels aliments obstruent le système lymphatique en laissant des résidus derrière eux et quels aliments ne le font pas. Il s’agit de faire le test par soi-même tout en créant lentement de nouvelles routines et habitudes qui deviendront part intégrante de la vie (d’une certaine manière, une reprogrammation est en train de se produire avec ces habitudes naturelles oubliés). Il s’agit d’affronter et de gérer les émotions qui vont surgir. Parfois, il nous faut, pour des raisons émotionnelles, nous fermer aux énergies extérieures avec une nourriture plus dense pendant un certain temps et arrêter de nous désintoxiquer. Pendant ces moments, il sera plus difficile de rester connecté à la nourriture de densité légère car nous avons affaire à beaucoup de matériel émotionnellement enfoui. Nous avons été formés à utiliser la nourriture pour gérer nos émotions car on nous a appris à contourner, réprimer, ignorer nos émotions. Ce que nous ne mangeons pas, nous le gagnons en compréhensions. Nous avons l’habitude d’apaiser notre malaise en mangeant. Avec ce type de mode de vie, il deviendra plus difficile de contourner les émotions car le prix à payer apparaîtra très clairement comme une suite et conséquence directe de nos choix. Pourtant, il existe encore des astuces pour les périodes où c’est plus difficile sur le plan émotionnel et où l’on veut s’accrocher à quelque chose. Il s’agit d’apprendre ce qui coûte le moins cher au corps ; une boisson chaude réconfortante aura moins d’impact qu’un aliment solide par exemple.

L’empoisonnement du corps

Il est préjudiciable à notre santé de suivre un régime alimentaire qui n’est pas adapté à l’espèce humaine et à la physiologie humaine. Certains aliments ne sont pas favorables à la vie humaine. Un repas peut nécessiter des heures de digestion et toute notre vitalité sera alors concentrée à ce processus. Il n’est pas normal d’avoir quelque chose dans l’estomac qui reste là pendant des heures tout en étant lentement décomposé. Lorsque nous raccourcissons le temps de digestion, la vitalité et l’énergie sont libérées et nous pouvons vouloir les injecter dans d’autres domaines de la vie. Un repas de fast-food peut raidir les artères en quelques heures, réduisant de moitié leur capacité à se détendre normalement. Une fois que l’état inflammatoire s’estompe, la plupart des gens ajouteront alors une autre charge de nourriture nocive à leur système. Les sauces préparées que l’on trouve dans les épiceries ne sont généralement pas aussi sûres et saines qu’elles le paraissent. Lorsque nous choisissons de faire notre propre houmous, nos propres sauces maison, nous sommes en mesure de choisir exactement ce qu’ils contiennent, en évitant les huiles végétales peu sûres et bon marché.

Nous avons tendance à penser que nos ongles ne font pas partie de notre corps, qu’ils ne sont pas un tissu vivant. Est-ce que nous mettrions du vernis à ongles directement sur notre peau ? Il m’a fallu beaucoup de temps pour abandonner le vernis à ongles et avant cela, j’avais opté pour un produit évitant une douzaine des produits chimiques qu’on y retrouve habituellement. Le vernis à ongles est largement accepté, mais il est source d’exposition à court terme à des toxines nocives. Des études ont montré que certains niveaux de toxines sont considérablement plus élevés dix heures après qu’une personne se soit fait vernir les ongles. La toxicité de tous ces produits chimiques présents dans notre vie affecte notre niveau de conscience et d’attention. Il faut un certain temps pour se familiariser avec ces principes en raison de l’endoctrinement qui nous a été inculqué, y compris les mécanismes de dissonance cognitive lorsque l’on rejette des éléments de preuve précieux car ils viennent menacer toute une structure en château de cartes. Sans parler de notre attachement à nos poisons qui peut être comparé à un syndrome de Stockholm aux aliments et aux entreprises alimentaires qui nous empoisonnent lentement. L’opération psychologique des « symptômes de l’Ascension » était également destinée à masquer l’état de détérioration de la santé. C’est une réalité que la santé des humains est, à dessein, affaiblie et fragilisée, de manière de plus en plus agressive au cours des dernières décennies.

Sucres naturels et organiques

Le sucre, qui est le carbone, est ce dont le corps humain a le plus besoin. Chaque cellule du corps a besoin de sucre naturel. Mais il est certain que tous les sucres ne sont pas les mêmes et c’est pourquoi il y a de nombreuses tentatives pour nourrir les humains avec des sucres artificiels, en les cachant dans tous les aliments transformés. Il convient de noter que les sucres transformés, comme le sirop de maïs, ne ressemblent en aucune façon aux sucres simples que l’on trouve dans la nature. De plus, nous constatons une augmentation de la publicité pour des boissons comme le kombucha qui contient des sucres fermentés, une autre façon de garder le contrôle sur l’esprit humain. Le sel est beaucoup plus du côté de la vie, il a été diabolisé mais il aide à libérer des suppléments dans les cellules, bien qu’il soit également stimulant et qu’il ne contribue pas à la régénération des glandes surrénales. Les sels naturels seront toujours les meilleurs : feuilles de céleri séchées en poudre, eau de Quinton, tomates séchées au soleil, algues ou acides aminés de noix de coco.

Le cas du miel

Les sucres naturels seront privilégiés, comme l’agave ou le sirop d’érable (qui peuvent créer des fringales), le sucre de fleur de coco ou de datte, les dattes entières, les raisins secs, les figues ou les baies de goji. Mon édulcorant naturel préféré est le sucre de dattes, car il est le plus proche de la nature et c’est avec lui que j’éprouve le moins d’effets secondaires. Et le miel ? Bien que je le tolère bien, je me suis interrogée et j’ai considérablement réduit ma consommation de miel. Le miel nous rend-il plus influençables à l’esprit de ruche ? Pourquoi en fait-on la promotion ? Crée-t-il un effet de colle dans la conscience, empêchant la pensée critique ? Les sucres raffinés et transformés n’encouragent pas la souveraineté humaine, ils altèrent la conscience, il a un effet modulateur sur l’impression liée au temps. Il fait planer les humains qui sont moins proches d’eux-mêmes, intoxiqués et contents, comme sous sédatifs. La consistance du miel est également très épaisse. Est-ce qu’il nourrit notre foule interne de champignons ? Cela expliquerait l’engouement frénétique mondial autour du miel et le placerait sur les étagères comme un autre faux article de santé (tout comme la levure nutritionnelle ou le kale). En même temps, le miel contient les codes de puissance et de guérison de la lumière du soleil. Il est probablement sage d’éviter les miels commerciaux et de renouer avec des apiculteurs qui comprennent la profondeur de l’univers des abeilles. Les marques commerciales de miels sont un grand non car il y a de fortes chances que des sirops et des édulcorants bon marché comme le sirop de riz, le sirop de blé et le sirop de betterave à sucre aient été mélangés au produit final.

Le kombucha et la contrefaçon cristalline

L’exemple du kombucha est particulièrement intéressant. Nous devrions nous demander pourquoi on nous encourage à boire et à consommer des quantités de sucres fermentés ? Le kombucha vise une proportion particulière de la population, généralement des personnes qui se soucient de leur santé et qui ne consommeront pas autant de sucre blanc raffiné. Dans le cas du kombucha, il est même fermenté et sa structure n’est pas éloignée des sucres fermentés de l’alcool. La fermentation implique la décomposition du sucre, une classe d’hydrates de carbone cristallins comestibles (saccharose, lactose et fructose) en alcool et en dioxyde de carbone. Je garde le kombucha comme un traitement d’urgence spécial, pour les occasions où je décide d’ingérer quelque chose pour faire face à mon environnement : par exemple lors d’un mariage parce que la conscience de la communauté est affectée de manière invisible par la consommation d’alcool. Tout devient alors plus amusant, plus supportable, mais l’humeur et l’état de conscience sont modifiés. L’esprit est lentement cuit et frit, la perception du temps est accélérée. Cela ressemble à une structure artificielle cristalline en pleine action, la contrefaçon de la structure organique des sucres naturels des fruits. Ensuite, bien sûr, il y a une grande différence entre les kombuchas cultivés commercialement et les kombuchas cultivés localement, en choisissant vos propres thés et sucres de qualité et en y mettant des intentions codées. De nos jours, il est facile de se procurer un scoby. Pour ceux qui veulent passer à une version plus douce, le jun est une variation à base de miel avec du thé vert. Je ne suis pas favorable à l’ingestion de toutes ces bactéries “saines” et nous ne comprenons pas vraiment ce qui se passe lorsque l’on introduit une flore extérieure dans un système humain compromis. Si nous consommons ces produits, il faut savoir qu’il s’agit d’un mécanisme d’adaptation pour la survie et il faut observer de près comment cela nous affecte, notre état et notre conscience. Il faut être prudent car cela a une influence et programme nos esprits dans le sens de l’artificialité et de l’éloignement de la structure organique, subtilement mais sûrement.

L’infiltration du marché biologique

Le marché des produits biologiques a été infiltré dès le début. J’ai été très surprise de trouver des photos suspectes dans un magazine de mode de vie biologique avec le symbole de l’oeil qui apparaissait innocemment sur la page. Si vous êtes familier avec ce symbolisme (se référer au travail de Vigilant Citizen), vous comprenez alors que la marque (Urtekram, principal fournisseur de produits biologiques en Scandinavie) n’a pas votre intérêt à cœur. Il est de notre responsabilité de lire la composition de chaque produit et d’étudier rigoureusement chaque ingrédient figurant sur les étiquettes. Il est important de nous tenir à l’écart de tout composé chimique qui ne devrait pas se trouver en contact avec notre peau. Si nous ne savons pas de quoi il s’agit, nous ne voulons pas qu’il se retrouve sur notre peau. Notre peau absorbe ce avec quoi elle est en contact, bien plus que nous ne le pensons et bien plus que nous ne le réalisons. Tous les marchés de la santé ont été infiltrés et il est nécessaire que nous fassions preuve de discernement et que nous nous posions toujours des questions. De nos jours, il est devenu important de revenir aux productions locales de personnes que nous connaissons directement ou de petites entreprises, plutôt qu’aux grandes marques internationales aux ramifications suspectes. Cela signifie que nous devons faire preuve d’une grande vigilance lorsque nous achetons des produits biologiques et veiller à lire les étiquettes avec la liste des ingrédients. Dans tous les cas, il est toujours préférable de fabriquer nos propres produits ou de faire appel à des personnes qui fabriquent leurs propres produits.

Qu’en est-il des tests sanguins ?

Les tests sanguins ne sont pas un véritable indicateur de santé. Les maladies ne se trouvent pas dans le sang, c’est le mauvais système à tester. Les tests sanguins ne prennent pas en considération l’état des fluides lymphatiques. Certains patients ont souffert de douleurs horribles alors que leurs analyses de sang montraient des niveaux normaux. Ces niveaux sont définis et basés sur des personnes qui n’ont pas atteint un stade de santé en premier lieu, qui sont généralement des malades chroniques et qui ne suivent pas un régime alimentaire adapté à leur espèce. Les médecins n’ont pas la moindre idée de ce à quoi devraient ressembler les niveaux pour un être humain en bonne santé. De plus, certains laboratoires sont radicaux dans leurs ratios. Lors d’une désintoxication, ces taux varient (le cholestérol peut augmenter par exemple) et il ne faut pas avoir peur face aux conseils des médecins alors que leur approche n’est pas holistique et repose principalement sur le lavage de cerveau auquel ils ont été soumis. Le corps sait ce qu’il fait pendant sa régénération. Un test sanguin est une fraction de vérité. Mon dernier test sanguin (2020) a révélé des facteurs intéressants, montrant que mon taux de fer est revenu à la normale (après avoir été chroniquement déficient comme l’avait révélé un test sanguin de 2016). Il est à noter que je n’ai consommé que des fruits et légumes ces deux dernières années et absolument aucun produit animal. En raison de faiblesses en sélénium et en zinc, liées à des glandes endocriniennes de mon corps qui sont encore en train de guérir, je me concentre sur la reminéralisation avec diverses méthodes inventives (bouillons, jus de légumes, germes germés, spiruline de qualité, champignons séchés, le green boost quotidien). Une carence en sélénium nécessite avant tout une régénération des glandes surrénales.

Supplémentation en B12

Isoler un élément minéral n’est pas bon, on joue au scientifique fou. En ce qui concerne l’alimentation, notre corps est un organisme entier qui a besoin de nourriture sous sa forme complète pour pouvoir obtenir ce dont il a besoin. Au lieu de se concentrer sur une sorte de supplémentation en vitamines, il semble judicieux de s’assurer que le corps est capable de fonctionner correctement et de bien assimiler. Les carences donnent une information sur un déséquilibre dans le fonctionnement de l’organisme. La luzerne contient beaucoup de vitamines (famille B dont B12, K, C), du fer, une quantité élevée de calcium, magnésium, cuivre, phosphore, sélénium, potassium, zinc pour n’en citer que quelques-uns. Le jus de céleri et les algues comme la dulse regorgent de minéraux.

Il est fort probable que le corps humain ait des besoins en B12 beaucoup plus faibles que ce qui est communément admis. De plus, quel médecin vous conseillera d’examiner les parois de votre intestin ou vos glandes surrénales si vous êtes considéré comme déficient en B12 ? Elles participent à l’utilisation des minéraux dans l’organisme, à l’exception du calcium. Lorsque la fonction de l’estomac est compromise, on peut avoir du mal à absorber la B12. Parfois, il suffit d’un peu de persévérance pour permettre à l’organisme de franchir un certain stade d’adaptation et les problèmes se règlent d’eux-mêmes. Il peut aussi s’agir de malabsorption dont nous souffrons souvent à des degrés divers. Il est parfois préférable de rester un peu déficient à court terme et de travailler sur ce qui va guérir à long terme.

Pour finir

La santé régénérative est un système pro-santé et pro-humain. Il ne s’agit pas de perdre du poids, mais d’éliminer l’excès de déchets organiques et de retrouver vitalité et clarté. Adopter ce mode de vie, c’est s’engager à guérir. Il s’agit aussi de savoir jusqu’où l’on veut aller : où se situe la limite et où se trouve le déséquilibre ? Certains d’entre nous ont choisi de dire non aux anciennes méthodes dégénératives et de faire le travail sur le plan physique mais aussi spirituel, en posant les jalons pour les prochaines générations d’humains. C’est un plan à long terme sur plusieurs générations, comme c’était un plan à long terme chez nos ancêtres pour affaiblir le corps humain jusqu’à l’ère dans laquelle nous entrons maintenant, le rendant plus contrôlable et influençable par des moyens néfastes tels que les métaux lourds et la pollution électromagnétique. Beaucoup d’entre nous paient un lourd tribut aujourd’hui, en naissant avec une constitution plus faible ; certains bébés naissent avec de faux yeux bruns ou verts qui, comme le révélerait un rapport d’iridologie, sont en fait des yeux bleus sales. Ce voyage à rebours s’accompagne de nombreuses conséquences positives qu’il est difficile de mettre en mots. Le corps humain sait comment faire son travail de nettoyage, il sait ce qui ne va pas et par où commencer, si seulement on lui permet de faire son travail et que l’on fait confiance au processus sans y appliquer une logique qui marche à l’envers.

Note : comme il y a beaucoup de désinformation, une recherche sur Google en termes de santé n’est pas recommandée. Il existe des moteurs de recherche plus sûrs (rawfigs.com) ou des groupes facebook (Fruit and Sleep de Nora Lenz) pour chercher des réponses avec des mots-clés sans avoir à faire face à la désinformation diffusée par l’intelligence artificielle.

Une liste de recettes faciles et originales:

  • thé à la banane infusée (les bananes sont bouillies pendant une ou deux heures avec la pulpe sur la peau, puis le mélange est filtré) ;
  • eau infusée d’ananas, de citron et de gingembre ;
  • eau de piment avec des herbes infusées comme le basilic, la coriandre
  • jus d’ananas avec gingembre frais, sucre naturel de dattes, mandarine et eau de piment ;
  • eau de raisins secs (eau bouillante pendant 15 minutes, rincer puis verser de l’eau chaude, laisser tremper pendant une nuit) ;
  • sirop de dattes fait maison (faire bouillir les dattes pendant une heure, récolter le jus, filtrer et le réduire en une pâte plus épaisse) ;
  • zestes de citron et d’orange à congeler ou à sécher (peuvent être utilisés dans toutes les préparations culinaires) ;
  • Les zestes de citron sont également un excellent nettoyant (faire tremper dans du vinaigre ou de l’eau (distillée) pendant une semaine);
  • bouillons reminéralisant (algues, champignons séchés) ;
  • la soupe froide crue aux tomates mûres, poivrons rouges et concombres ;
  • fines tranches de champignons crus ;
  • pesto d’orties ;
  • riz de chou-fleur ;
  • taboulé de brocolis avec du persil, de la coriandre, un citron entier pelé et quelques épices ;
  • sauce tomate avec des tomates mûres mélangées à des tomates séchées, quelques aromates séchés et frais telles que le basilic, le persil, la coriandre ;
  • cracker végétal (recueillir les fibres végétales dans l’extracteur, les mélanger avec de l’oignon, du poivron rouge ou une tomate fraîche, quelques aromates frais, quelques graines trempées ou germées) ;
  • crackers à l’oignon : oignons, dattes, acides aminés de noix de coco, aromates frais, déshydrater (vous pouvez utiliser le four si vous n’avez pas de déshydrateur) ;
  • banane surgelée mélangée à de la cannelle, une goutte d’huile essentielle d’orange ou une demi-orange et 1/3 de tasse de noix ou de graines ;
  • faire tremper les peaux de fruits dans du jus de citron avant de les sécher ;
  • banane séchée, abricots secs et raisins secs à tremper avec un peu de noix ou de graines pour obtenir un lait, mélanger avec des dattes ;
  • ajouter des hydrolats de plantes au jus de fruits et de légumes pour aider à drainer et renforcer l’organisme;
  • bougies d’oreille et bains à l’argile ou au sel d’Epsom.
Ressources

La section santé et régénération des articles regorge d’autres idées.

 

 

Post récents